Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

La solitude d’être vivant

Article publié dans le n°1195 (01 juin 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Philippe Lançon est un des survivants de l’attentat du 7 janvier 2015 contre « Charlie Hebdo ». Plus qu’un témoignage, le livre qu’il publie est l’œuvre d’un écrivain qui mobilise toutes les forces de la littérature.

On connaissait Philippe Lançon comme l’un des modèles, en France, les plus stimulants de la critique littéraire actuelle. Avec Le Lambeau, on découvre un écrivain qui questionne l’acte même d’écrire. Sans l’attentat, le livre n’existerait pas, mais il ne suffit pas de relater des faits, fussent-ils aussi terribles ; il faut encore les écrire. « Si écrire consiste à imaginer tout ce qui manque, à substituer au vide un certain ordre, je n’écris pas : comment pourrais-je créer la moindre fiction alors que j’ai moi-même été avalé par une fiction ? Comment bâtir un ordre quelconq...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi