La revue Apulée

Article publié dans le n°1146 (01 mars 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

En un temps où tout semble dévolu au numérique, à l’éphémère, les éditions Zulma publient le premier numéro de la revue Apulée1, sous la direction éditoriale de l’écrivain Hubert Haddad. Imposant volume de plus de quatre cents pages édité avec soin, Apulée semble s’inscrire à contre-courant de la loi du rendement à tout prix. Promise à un rythme d’un numéro annuel, Apulée paraît vouloir s’installer dans la durée. Née dans un monde livré aux antagonismes identitaires, elle ambitionne de réaffirmer la littérature comme lieu de la diversité.

Gilles Rozier : Pourquoi créer cette revue justement aujourd’hui ?


Hubert Haddad : J’en rêvais depuis très longtemps, mais l’actualité donne à Apulée toute sa nécessité. J’ai commencé en littérature par des revues fondées entre amis quand nous avions vingt ans, notamment avec Georges-Olivier Châteaureynaud. Les éditions Zulma publient mes romans depuis des années. Cet éditeur promeut les littératures du monde et, quand je me suis décidé à créer Apulée – nous n’avions pas encore trouvé le titre –,...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi