Sur le même sujet

A lire aussi

La résistance par l'idylle

Article publié dans le n°1128 (16 mai 2015) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Le livre de l’essayiste canadienne Isabelle Daunais part d’une question toute simple : comment se fait-il qu’une littérature des marges comme la littérature québécoise reste peu lue et peu connue en dehors de son espace de production, qu’elle n’ait pas accès à ce qu’on appelle avec Milan Kundera le grand contexte de la littérature mondiale ? Qu’est-ce qui fait l’isolement d’une culture, d’une langue, d’un pays ?
Isabelle Daunais
Le Roman sans aventure

Lorsque, pour des raisons affectives ou professionnelles, soit qu’on ait créé des liens personnels avec ce pays, qu’on y ait vécu, qu’on y soit né, qu’on en ait fait une spécialité universitaire, on est amené à découvrir et à connaître la littérature québécoise, on ne peut qu’exalter son foisonnement et sa beauté : les noms de Gabrielle Roy – à qui François Ricard, également spécialiste de Kundera (pourtant à des années-lumière de la première pour ce qui est de la reconnaissance mondiale) vient de consacrer un très bel album (1) –, d’Hubert Aquin, de Réjean Ducharme, de Monique Prou...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi