A lire aussi

La résistance des petites gens

« Nous avons été obligés d'agir chacun tout seul, pour soi, et c'est tout seuls que nous devons mourir. Mais ce n'est pas pour autant que nous sommes seuls, Quangel, ce n'est pas pour autant que nous mourrons en vain. »
Hans Fallada
Seul dans Berlin

Il semble équitable de commencer par un hommage à Otto et Elise Hampel, décapités dans la sinistre prison berlinoise de Plötzensee en avril 1943, et qui servirent de modèles à Hans Fallada (1893-1947) pour le couple formé par Otto et Anna Quangel. C’est en déposant dans les cages d’escalier des cartes postales exhortant les gens à s’opposer aux nazis qu’ils devinrent résistants : c’était déjà beaucoup, c’était insupportable pour les maîtres d’alors, qui les envoyèrent à la guillotine au terme d’une longue traque.


La guerre finie, le poète Johannes B...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine