A lire aussi

(((La Quinzaine écoute)))

Article publié dans le n°1137 (22 oct. 2015) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Un compositeur d’aujourd'hui nous parle de la musique d'aujourd’hui dans des traits de plume qui jonglent avec les contradictions et ont pour seul ennemi le sectarisme.

GUILLAUME CONNESSON (né en 1970)


LUCIFER – Disques DGG/Universal Jérôme Pernoo/ Orchestre Philharmonique de Monte Carlo/Jean-Christophe Spinosi Concerto pour violoncelle et orchestre (2008) (27 mn) Lucifer (Ballet en deux actes sur un livret du compositeur) (2010) (37 mn)


«Il n’y a pas de progrès sans plaisir » : c’est le plus récent slogan publicitaire d’une célèbre marque de voitures allemandes et ce n’est pas Guillaume Connesson qui nous dira le contraire… Son disque le plus récent nous le prouve qui est, lui aussi, mais c’es...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi