Sur le même sujet

A lire aussi

La première saison

Un étrange roman de formation qui transmue la reconduction de l’échec et de la frustration en une vision claire et jouissive de soi et du monde.
Josef Skvorecky
Une chouette saison

La vie est une farce sérieuse. Et le geste poétique, l’écriture, l’invention d’un univers singulier, apparaissent à Josef Škvorecký comme les seuls moyens qui puissent lui imprimer une résistance, en conjurer le ridicule et la fatuité, d’en démontrer les ressorts misérables et médiocres, d’en arrêter l’irrémédiable répétition. Depuis ses deux premiers romans, il ne cesse de revenir aux mêmes enjeux entrepris selon deux modalités principales – le roman à dominance politique, conçu comme une farce critique virulente, et le récit d’apprentissage, plus intime et existentiel, déjoué en quelqu...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi