Sur le même sujet

La poésie souvent me prend comme une mer

Qui mieux que Titus-Carmel, travailleur infatigable des séries et des suites, pouvait chanter « la mer, la mer toujours recommencée » chère à Paul Valéry ? C’est un chant en trois grands mouvements qui a la lancinance hypnotique du « ressac » éponyme.


Les poèmes concentrent des évocations marines attendues sans que jamais elles deviennent convenues. Tour à tour troupeau, muraille, nappe, miroir, la mer déploie son infinie plasticité et éveille l’imaginaire qui va avec. Un corps immense, porteur de vie et de mort, qui traite souvent l’homme avec violence, ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi