La poésie n'a rien d'un aimable divertissement

Article publié dans le n°1171 (16 avril 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Cette anthologie vise a priori tous les lecteurs qui ignorent la poésie de notre temps. Sont concernés également ceux qui la vivent (la lisent ou/et l’écrivent) pour y découvrir des œuvres qu’ils ignorent, pour envisager les évolutions du genre et du temps.
Yves Di Manno
Isabelle Garron
Un nouveau monde : poésies en France 1960-2010

Les auteurs font de l’histoire de la poésie un récit qui ne peut que prêter à polémique. Entre désaccord violent et adhésion enthousiaste, on sait que la poésie n’a rien d’un aimable divertissement.


La photo d’Isabelle Garron en première de couverture sonne comme une déclaration d’intention. Un panneau, sans doute new-yorkais, prévient : « You are now/ leaving the…/ CITY/OFD/REA/MS…» Nous devinons d’abord que les «poésies» se situant dans la mouvance des courants américains seront très présentes. Mais la phrase en anglais nous prévient aussi que nous allons quitter la p...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi