La poésie a mauvais genre

Article publié dans le n°1187 (01 févr. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

« La poésie, merde pour ce mot ! » proclamait Francis Ponge, tandis que Denis Roche affirmait qu’elle est « inadmissible » et que d’ailleurs « elle n’existe pas » ; c’est ce que nous rappelle Jean-Michel Maulpoix dans un recueil d’essais.
Christophe Manon
Testament (d’après François Villon) (Léo Scheer)
Claude Favre
A.R.N. agencement répétitif névralgique_voyou (Editions de la Revue des Ressources)

Jean-Michel Maulpoix a intitulé son essai sur la poésie contemporaine : La poésie a mauvais genre[1]. Est-ce pour cela que, dans nombre de librairies, le rayon poésie est absent ou très réduit et plus ou moins dissimulé ? En dehors de quelques grands événements qui peuvent attirer les foules, comme le Marché de la poésie et certains festivals, on voit régulièrement des amateurs, si peu, se retrouver dans une librairie ou une médiathèque pour entendre un poète lire son œuvre récente. Les revues à l’allure de fanzines ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi