Sur le même sujet

La pensée par l’image. Entretien avec Nicole Marchand-Zañartu

Apolline Kaplan : Vous signez, avec Jean Lauxerois, un étrange livre graphique intitulé 32 grammes de pensée. Pouvez-vous nous dire en quelques mots quel était votre projet ? 


Nicole Marchand-Zañartu : Je reprendrai une phrase de l’introduction écrite avec Jean Lauxerois – et cette phrase est de lui – qui résume peut-être le projet : « Et si la pensée dans son frémissement initial était d’emblée image ? » La première manifestation de la pensée – du musicien, du poète, de l’écrivain, du mathématicien – serait qu’elle voit....

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi