A lire aussi

Articles du même critique

La parole à vif du basketteur

En 2009 sortait en France la traduction du troisième roman de Paul Beatty, "Slumberland", qui narrait les aventures berlinoises d’un DJ noir américain à la fois perdu et heureux en Europe, loin de son pays natal. En évoquant son dépaysement, le narrateur nous parlait aussi de l’Amérique et de sa manière de traiter ses citoyens noirs.
Paul Beatty
American prophet

Avec American Prophet, on revient aux débuts de l’écrivain puisqu’il s’agit là de son tout premier roman, publié en 1996. Moins maîtrisé que Slumberland, mais aussi plus dense et plus touffu, ce premier opus met en scène un jeune Noir de Los Angeles, Gunnar Kaufman, dont le parcours à travers le système scolaire américain devient emblématique de celui de beaucoup de jeunes Noirs talentueux de son pays et du modèle d’intégration à l’américaine. Doué pour le basket, il gravit petit à petit les échelons de ce sport, fréquentant des écoles majoritairement blanches avec un s...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine