Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

La modernité et la tradition

Un livre condamné par le régime stalinien que nous découvrons plus de soixante-dix ans après sa publication. À la fois roman des sentiments, de la modernité, d’une société traditionnelle d’Asie centrale, Nuit apparaît comme le texte exemplaire d’une littérature méconnue. Tchulpân (vers 1897-1938) brosse le portrait d’un monde au bord de la rupture et nous plonge au cœur d’un univers fascinant et étrange. Une œuvre qui propose un équilibre fragile entre tradition et progressisme.

Certains livres nous transportent dans un univers parfaitement inconnu, à l’autre bout du monde, nous plongeant au cœur d’une société régie par des règles différentes, primitives et sophistiquées à la fois. Entre des mœurs qui nous paraissent absconses et la vitalité d’une culture complexe, Nuit nous entraîne, sous les dehors d’un conte où la voix joue un rôle primordial – manière d’archétype sociétal et moral, représentation exemplaire –, au cœur même d’un monde du lointain, mystérieux et impénétrable. Le roman de Tchulpân entreprend un étrange paradoxe, celui de brosser le por...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi