A lire aussi

La miséricorde corporelle

Un récit hybride qui fait s’entrecroiser l’expérience intime, la mémoire collective, le savoir érudit ; et réfléchit leur inscription dans le mouvement angoissé d’une vie hantée par les épreuves, qui nous rappelle que « nous risquons toujours tout ».
Mathieu Riboulet
Les oeuvres de miséricorde

« Donner à manger à ceux qui ont faim, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, loger les pèlerins, visiter les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts ». Comme toutes les énumérations, celle des « œuvres de miséricorde », cet « ensemble d’impératifs moraux (…) censés obliger les chrétiens », provoque un vertige impitoyable qui nous ramène à notre condition et à une culpabilité fondatrice, tout en nous laissant entrevoir le rachat possible de nos souillures innombrables. Riboulet explore ce mouvement él...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine