La malédiction des cheveux

 Alan Pauls signe un nouveau précis, cette fois-ci capillaire, qui ordonne une conscience chaotique, confirmant à la fois une certaine idée de l’Histoire et un questionnement essentiel sur les formes mêmes du monde et du discours.
Alan Pauls
Histoire des cheveux (Historia del pelo)

Rien ne semble plus futile que les cheveux ou, pour être plus précis, que l’attention presque obsédante que nous leur portons. Nous avons tous une manière particulière de nous interroger sur leur disposition – longueur, agencement, volume, mouvement, densité –, insidieusement angoissés de les perdre – c’est-à-dire de les couper ou qu’ils tombent d’eux-mêmes –, comme habités par une terreur teintée d’un désir puissant de ne pas se ressembler parce que « le nid » qui nous surplombe ne correspond pas à qui nous sommes – notre milieu, notre identité, notre nature –, de s’égarer ou d...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi