Sur le même sujet

A lire aussi

La longue nuit du ghetto

Écrits à près de cinquante ans de distance, deux romans qui font se déployer des stratégies narratives et esthétiques différentes pour rendre compte de la pérennité de la violence, de son extrémité absurde, de la survie traumatique, de la barbarie totale. Une plongée sidérante au cœur d’une nuit sans fin…

Lódz, 1940. Les nazis rassemblent les Juifs dans un ghetto en vue de leur extermination prochaine. « Plat comme un couvercle de marmite, le ghetto s’étire entre le gris d’un ciel d’orage et la terre, couleur béton. En l’absence de tout obstacle géographique, il pourrait s’étendre à l’infini », écrit Sem-Sandberg en nous y introduisant avec brutalité, comme pour en souligner l’hermétisme et la désolation, en dire la nature expansive en même temps que radicalement restreinte, immédiatement nous plonger dans « la vie à l’intérieur de la clôture ». Une existence réglée, emp...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi