Sur le même sujet

A lire aussi

La littérature romande au féminin

Durant la première moitié du XXe siècle, le devant de la scène littéraire romande est essentiellement occupé par d’imposantes figures masculines. Pourtant, des voix d’écrivaines résonnent. À l’écoute de l’une d’elles, Jean Paulhan s’enthousiasme : « Je crois que j’ai trouvé une romancière de génie ! » On est en 1951, il vient de lire Les Esprits de la terre de Catherine Colomb (1892-1965).

Aujourd’hui, le génie de l’écrivaine vaudoise passionne à nouveau. Son œuvre vient d’être regroupée en un seul volume, grâce à un minutieux travail d’édition entrepris par Daniel Maggetti, directeur du Centre des littératures en Suisse romande. Tout Catherine Colomb (Zoé, 2019) permet d’éprouver la complexité d’une plume que la critique désigne comme précurseur du Nouveau Roman tout en la rapprochant de Virginia Woolf. Mais au fil des pages, on comprend que l’écriture de Catherine Colomb crée sa propre originalité. L’ouvrage Catherine Colomb. Une avant-garde inaperçue (...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi