A lire aussi

La littérature aurait-elle pouvoir sur le mal ?

Publié au début de l’année 2016 chez Gallimard, Lire dans la gueule du loup,  le précédent ouvrage d’Hélène Merlin-Kajman, aurait indéniablement mérité le prix de l’essai le plus intelligent, le plus inspirant, le plus passionnant de l’année.
Hélène Merlin-Kajman
L'animal ensorcelé : traumatismes, littérature, transitionnalité

Déjà alors en écho vivant avec nos inquiétudes les plus actuelles – en résonance avec l’urgence à penser les attentats de la sombre année écoulée –, Hélène Merlin-Kajman y déployait sa réflexion acérée ; son questionnement ouvert, contagieux, entraînait le lecteur sur la place de la culture et sur les modalités de sa transmission. Quelle fonction pourrait occuper la littérature dans une démocratie menacée, dont les fondations continuent d’être hantées par la présence spectrale, historique, des traumatismes à grande échelle ? Que peut la littérature – et surtou...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi