A lire aussi

La laïcité : 1670, 1789, 1905, 2017 ?

Article publié dans le n°1170 (01 avril 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

La laïcité n’est ni un épouvantail ni une idole ni un bouclier. Elle est le socle de la démocratie et non le moule de valeurs « laïques ». Elle mériterait une loi qui parle exclusivement d’elle.

Un peu d'histoire 


Hobbes, Spinoza, Locke, Montesquieu, Rousseau… ne parlent pas de laïcité. Et pour cause : ils reprennent la formule de Cicéron : « Le salut du peuple est la loi suprême ». Sachant que laïc vient de laos (« peuple »), nous ne sommes pas dépaysés. Au XVIIe siècle, le laïc est le pendant du clerc, l’un étant le fidèle dont l’autre est le guide. Le terme « laicus » fut utilisé par les premières églises chrétiennes pour désigner toute personne profane en matière de théologie. Au Moyen Âge, le mot « laï...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi