Sur le même sujet

A lire aussi

La crise est dans les mots

Est-ce la proximité avec Langres, ville natale de Diderot ? Toujours est-il que "Faux nègres", le dernier roman de Thierry Beinstingel, a quelques vrais airs de parenté avec un certain roman autour de Jacques et de son maître, qui s’amuse avec le genre et le met en question.
Thierry Beinstingel
Faux nègres
(Fayard)

Faux nègres met en scène un duo improvisé, constitué de Pierre et de Frédéric. Le premier a vécu vingt ans au Moyen-Orient, y a travaillé comme guide ou fixeur pour des reporters. Il a laissé « là-bas », à Ispahan, une femme aimée. Le second est preneur de son. Après un accident de plongée, il est devenu aveugle, mais il a conservé des amis dans les îles et on verra à la fin du roman que ces amitiés sont précieuses. En attendant, tous deux sont « ici », dans un village de la Haute-Marne, avec une seule question à poser : pourquoi l’extrême droite a-t-ell...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi