A lire aussi

La couleur et la douleur

Dans un exercice biographo-romanesque de haute volée, l’écrivain allemand Ralph Dutli nous plonge au cœur des derniers jours de la vie de Chaïm Soutine, l’un des plus grands peintres du XXe siècle. Un pari difficile que relève avec conviction ce récit fougueux, à la fois libre et précis. Mais le texte de Dutli est avant tout nourri par la passion de longue date que l’auteur voue à l’œuvre singulière de cet artiste inclassable, mutique, et dont l’existence fut à plus d’un titre marquée du sceau de la douleur.
Ralph Dutli
Le Dernier Voyage de Soutine

Le 6 août 1943, Soutine doit quitter l’hôpital de Chinon pour rejoindre clandestinement, comme cela lui est arrivé si souvent, une clinique parisienne. Mais, cette fois, il doit être opéré dans les plus brefs délais. L’ulcère chronique qui le ronge depuis de nombreuses années est en passe de venir à bout de lui. Fiché et traqué depuis 1941 en tant que juif – et artiste « dégénéré » de surcroît –, Soutine vit réfugié dans un village d’Indre-et-Loire. Il effectue le périple ChinonParis caché dans un corbillard pour tromper la vigilance de la Gestapo et des soldats de la Wehrmacht...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine