Sur le même sujet

A lire aussi

La clef des œuvres sans serrure

Article publié dans le n°1200 (16 sept. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Les éditions Gallimard poursuivent l’érection d’un monument éditorial pour l’un de ceux qui ont le plus contribué à l’enrichissement de leur catalogue. Les deux nouveaux volumes de « Critique littéraire » offrent aussi de belles réflexions de Jean Paulhan sur le ravissement.
Jean Paulhan
Œuvres complètes, t. IV et V (critique littéraire I et II)

Après le tome II – L’Art de la contradiction – paru en 2009 et le tome III consacré aux Fleurs de Tarbes et paru en 2011, la collection « Blanche » publie deux tomes de Critique littéraire, établis par Bernard Baillaud. Passons rapidement sur l’agencement nécessairement arbitraire des textes et sur le regret de voir séparés certains documents a priori composés dans le même esprit (ceux sur l’herméneutique de la poésie).


Le classement par auteurs laisse mieux encore transparaître les goûts de Paulhan, tantôt admiratif (notamment de Félix Fénéon ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi