Sur le même sujet

A lire aussi

La capitale des jeans

Le paysage aride de la région d’Agreste défile, apparaissent des panneaux publicitaires énormes et incongrus. La caméra tourne autour des reproductions géantes des modèles jouant le rêve, des extases aux couleurs délavées par le temps. Ensuite, la dernière publicité au seuil de la bourgade : « Bem-vindos a capital do jeans », (bienvenue dans la capitale des jeans). On entre dans un monde étonnant, avide et humble, attendrissant et terrifiant, un haut lieu de la mode à l’envers, un univers totalement monomaniaque, obsédé du matin au soir et jusque dans la nuit par l'« or bleu ».

MARCELO GOMES

EN ATTENDANT LE CARNAVAL

Brésil, 2020, 86 min

Sortie en salles: initialement prévue pour le 1er avril 2020, différée sine die en raison de la crise sanitaire actuelle

Les souvenirs d’enfance lient le réalisateur brésilien Marcelo Gomes à la contrée où son père, qui y fut inspecteur des impôts, l’emmenait parfois avec lui. Il y revient à présent avec une équipe de tournage pour filmer le village de Toritama. Que reste-t-il du village de ses souvenirs ? Il se fait narrateur pour témoigner du changement inouï qui s’y est produit quand l’industrie textile spécialisée en jeans a poussé les paysans à abandonner l’élevage du bétail et la culture des terres pour gagner plus d’...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi