A lire aussi

La batte magique de Roy

Le Meilleur, premier roman de Bernard Malamud (1914-1986), fut pendant longtemps son seul livre inédit en français, sans doute à cause de son thème exotique : le base-ball. Lacune réparée par l’éditrice Nathalie Zberro qui, en achetant des droits dispersés dans diverses maisons, entend réintroduire en France l’œuvre de ce grand écrivain américain, à raison de deux livres par an (1) .
Bernard Malamud
Le meilleur

The Natural devient Le Meilleur, choix astucieux de la part de la traductrice Josée Kamoun, qui, après avoir travaillé sur plusieurs romans de Philip Roth, passe au maître de celui-ci, un écrivain juif américain de la génération précédente, modèle pour le célèbre personnage d’E. I. Lonoff du roman L’Écrivain fantôme.


Roy Hobbs, héros du Meilleur, partage avec Lonoff la propriété d’être un génie et celle de se donner à son métier. Et aussi un faible pour la gent féminine, ce qui pourrait entraîner sa ruine. Mais on trouve chez Malamud ce qui fai...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine