La bande dessinée du réel et la poésie de la non-fiction

Article publié dans le n°1210 (01 mars 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

L’histoire de la bande dessinée est celle d’une série de tentatives pour échapper à une « assignation à l’enfance » qui se double d’une forte standardisation des récits : la « bande dessinée du réel », qui s’est imposée en Europe au cours de la dernière décennie, est la dernière en date de ces tentatives.

Lorsque le nom même de « bande dessinée » commence à s’imposer, dans les années 1950, les histoires en images que l’on appelle encore généralement des illustrés sont enfermées dans une double contrainte : elles sont considérées comme essentiellement destinées à un public enfantin, au nom de quoi la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse en prévoit l’encadrement, et elles relèvent essentiellement des récits de genre – aventure, western, science-fiction, romance, édification morale ou humour.Mais les années 1960 et 1970 voient émerger, dans le sillage des grands mouvement...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi