Sur le même sujet

A lire aussi

L’Europe chrétienne : une falsification historique

Avant d’entamer ma formation de psychanalyste, mon cursus d’études a été celui d’historien. Entre ces deux champs, on peut essayer de cerner les cas où les mots sont utilisés au service de l’idéologie et, donc, du pouvoir sur les consciences. « Europe chrétienne » est un de ces mots qui, à mon avis, empêchent la véritable fondation d’une Union européenne, cette Europe née de la traduction des langues.

Depuis la naissance de l’Union européenne, on n’a pas perdu de temps pour rappeler, souligner et enfin décréter les racines chrétiennes de l’Europe. Récemment encore, le 18 mai 2019 à la veille des élections pour le Parlement européen, dans le Corriere della Sera, l’archevêque Bruno Forte rappelait le sens chrétien des racines européennes et avertissait que « l’avenir de l’Europe ne pouvait faire abstraction de ses racines éthiques et spirituelles, les seules à pouvoir nourrir une passion morale renouvelée et un engagement partagé ». Paroles de vérité, je n’en doute pas...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi