L’étalonnage des excentriques

Repérés et catalogués depuis les travaux précurseurs de Charles Nodier et de Champfleury, les excentriques constituent un objet d’étude captivant en raison de leur variété et de leur originalité palpitantes et sans frein. Anomalies sociales et littéraires, les comportements, pensées et écrits de ces phénomènes ne cessent de provoquer la raison. Au point que l’on s’interroge : où finit l’excentricité et où commence la folie ?

Dans Les Excentriques (Société d’édition scientifique, 1894), le docteur Moreau de Tours a fait l’étude psychologique et anecdotique de ceux « dont les discours, les actes, les manières d’être et de vivre semblent indiquer un état mental anormal et des facultés intellectuelles qui, sans être tout à fait lésées, ne semblent point intactes ». Les excentriques présentent le double intérêt de nourrir la part infantile de notre curiosité et de fournir aux écrivains une source inépuisable d’anecdotes variées, lorsqu’ils ne prennent pas la plume eux-mêmes…


Les première...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi