L'épée du siècle

 S’il est un livre « engagé » dans l’Histoire, c’est bien celui-là. Le destin en était tracé d’avance comme celui de de Gaulle lui-même. Ce livre « est la matrice d’un destin » comme l’écrit Hervé Gaymard dans sa préface  claire et pleine de flamme. La conjonction du thème et des événements ultérieurs n’est pas le moins étonnant de cet ouvrage tout orienté vers un futur qu’on sent proche, presque inévitable à toutes les pages.

Le spectre de la défaite future y est partout présent. Il s’en dégage une intensité, une « incandescence » mais surtout une terrible évidence, quelque chose de saisissant qui fait parfois penser aux grands textes du XVIIe siècle. Il s’agit non seulement de conviction et d’absolue maîtrise du sujet, c’est-à-dire la chose militaire, mais d’une véritable et irrésistible capture, le lecteur est comme mis au défi. On n’échappe guère à ce texte.


Qu’on soit parfaitement ailleurs et indifférent, sinon même en opposition à tout ce qui touche l’armée, on est pris par la force et...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine