Sur le même sujet

A lire aussi

L'énigme

À la fin de son premier roman (1), Antoni Casas Ros écrivait : « j’ai rêvé de mon prochain roman. Je ne compte pas m’arrêter là ! Un sujet à la hauteur de mes ambitions. Celui-ci n’est qu’un prélude. […] Au travail, essaie de t’étonner toi-même ! ». C’est chose faite ! Avec Enigma, il nous enchante par la virtuosité d’un style cristallin, la profondeur d’une construction en abîme saturée d’ironie et de jeux formels, qui portent une histoire troublante, sensuelle et douloureuse. Nous croyons désormais un peu plus au pouvoir de la poésie, enivrés de son parfum sulfureux, proférant avec l’auteur « que la souffrance soit la porte de la littérature ».

Enigma est un roman courbe, un espace mouvant, instable, perturbant, comme tout ce qui fait entrapercevoir un changement radical dans l’ordre des choses et de la pensée. Antoni Casas Ros entreprend l’aventure dangereuse, prométhéenne, de la vie conçue comme l’expression de la littérature, sa forme achevée, vivante. Il interroge l’énigme sensible de la langue et de l’organique, du sens de la fiction, de son implication protéiforme, du suspens existentiel qu’elle induit. Elle s’apparente à l’ultime perturbation, au renversement du monde, de sa signification et de ses conséquences....

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi