A lire aussi

L’aventure métaphysique au cœur de la vie

Dans « La Montagne magique », roman écrit entre 1912 et 1924 et que la traduction de Claire de Oliveira incite à lire ou à relire, Thomas Mann exile son personnage, Hans Castorp, dans un sanatorium international à Davos. La visite que Hans rend à son cousin malade sera plus longue que prévu…
Thomas Mann
La Montagne magique
(Fayard)

Nous sommes au début du XXe siècle, quelques années avant la Première Guerre mondiale. Le lieu choisi, luxueux, isolé du monde « d’en bas », permet non seulement une galerie de portraits drôles et pittoresques, mais aussi et surtout une aventure intérieure puisque le jeune héros, ce « frêle enfant de la vie », cherche à saisir le mystère du « règne de l’homo Dei ».


Les longs moments de méditation et de rêverie, lors des cures de repos sur la chaise longue du balcon, donnent accès à une conscience neuve. Hans s’y plonge avec volupté et s’éveil...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi