Sur le même sujet

« L'avenir ne viendra pas tout seul »

La réédition de Vers et proses d’Elsa Triolet, publié en 1957 aux Éditeurs Français Réunis, est une bonne idée. Si le lecteur français a maintenant, avec le recul de presque un siècle et de nombreuses traductions, un paysage assez complet de la poésie russe du début du XXe siècle (Essenine, Blok, Mandelstam, Akhmatova, Pasternak, Tsvetaeva), l’image de Maïakovski, malgré un nombre appréciable de parutions (1), reste assez caricaturale.

La différence de réception tient peut-être à ses idéaux révolutionnaires et soviétiques, jamais reniés malgré les avanies subies, et inaudibles aujourd’hui où la rébellion est un vêtement indispensable à un poète mais à choisir dans le bon magasin. Au milieu des années 1980, au cours d’une conférence pour la revue Esprit, Efim Etkind, qui venait de publier son anthologie (2), tenait Maïakovski pour le « Rimbaud de la poésie russe » et semblait signifier, à sa façon distante et ironique, qu’il n’était pas suffisamment à l’honneur en France, contrairement à Mandelstam («...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi