A lire aussi

L’art de l’aphorisme

Article publié dans le n°1140 (28 nov. 2015) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

L’aphorisme est un art difficile, qui exige de son auteur et de son lecteur un peu de concentration. Le trait doit jaillir, comme un éclair qui soudain, la nuit, va éclairer le monde. Du moins une de ses facettes. Car la pensée fragmentaire répugne aux systèmes, aux conceptions globales et ordonnées : elle leur préfère la vision d’un monde en éclats. Chez Dominique Noguez, auteur de tant de travaux sur l’humour, on n’est pas surpris que cet éclat soit aussi un éclat de rire, même s’il est souvent teinté d’amertume. 

Pensées bleues, humour noir et rire jaune


 


            Dominique Noguez, qui nous avait habitués au noir[1], place ce recueil sous le signe du bleu. Mais quel bleu ? Celui des hématomes et du coup de blues, quand le monde a cogné trop fort ? Il est vrai qu’il n’est pas tendre, le monde : « Tous ces efforts pour vivre ! à la fin, on en a sa claque. Suicide est enfant de Fatigue ». Ou plutôt ce bleu délicat qui suit un ciel noir et fait espérer « l’illumination des choses » : c...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine