Sur le même sujet

L'art brut comme refuge des récits

La forme narrative, qu’elle se déploie dans des images ou hors d’elles, est le moyen choisi pour redisposer en partie la vaste collection d’art brut du LaM. Les dessins s’entremêlent avec des mots, des récits et, parfois, des écritures illisibles ou inventées.

EXPOSITION

« Les refuges du récit. Écritures, langues et mondes imaginaires à partir de l’art brut »

LaM (Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut)

Du 20 octobre 2017 au 25 mars 2018

L’aile du musée consacrée à l’art brut permet de découvrir des œuvres où l’empreinte de la folie se donne à voir dans des œuvres exceptionnelles.


Avec son mélange de figures hiéroglyphiques, de corps esquissés en silhouettes et de lettres, tels que l’écriture et le dessin parviennent à créer un univers symbolique énigmatique, le cas de l’Italien Carlo Zinelli, auteur d’art brut reconnu, est emblématique du propos général de l’exposition. Il fut traumatisé par la guerre en 1939,et des crises d’agressivité et d’angoisse le menèrent périodiquement en hôpital psychiatriq...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi