Sur le même sujet

A lire aussi

L'arrière-grand-mère habite notre vie

 Un livre court et étrange qui brosse, par le devers, le portrait d’une vieille femme plutôt terrifiante. À la fois satire sociale acerbe et recherche des origines, le roman le plus célèbre de Caroline Blackwood peut se lire à la fois comme un exorcisme intime et un jeu littéraire sophistiqué.
Caroline Blackwood
Granny Webster (Great Granny Webster)

Les époques produisent des monstres, créatures plus ou moins difformes qui en incarnent les vices et les vertus, manière de formes statufiées qui ne demandent qu’à se briser comme du cristal. Nous sommes ainsi à la fois des symptômes et des causes, indifféremment parfois, successivement à d’autres moments, singeant ce que nous croyons devoir être, nous extirpant de nous-mêmes pour nous figurer dans un monde qui ignore bien souvent l’indivis, nous abîmant dans des caricatures drolatiques et vaines, formes inabouties et problématiques d’un temps qui s’ignore. Ce sont ces mouvements que Car...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi