A lire aussi

Articles du même critique

L'ardeur de vivre

Jean-François Duval, né en 1947 à Genève, prend très vite le large et c’est par l’anglais, langue dont il dit qu’elle l’a « mis au monde une deuxième fois – et pour de bon » (1), d’abord en Angleterre puis aux États-Unis, qu’il s’attachera à Bukowski et à la Beat Generation, avec pour modes d’expression favoris, la fiction personnelle et le journalisme littéraire gonzo, hyper-subjectif.
Jean-François Duval
Kerouac et la Beat generation. Une enquête

Si Kerouac est au cœur de cet ouvrage, Jean-François Duval précise d’emblée qu’il n’a eu pour ambition que de se plonger à l’intérieur du courant Beat. Mais c’est bien en fil conducteur que nous est présenté le « Running Proust », dans ce recueil d’entretiens menés avec Allen Ginsberg, Carolyn Cassady, Joyce Johnson, Anne Waldman et ceux qui avaient pour but d’élargir le champ de la conscience, Timothy Leary, et Ken Kesey, l’auteur de Vol au-dessus d’un nid de coucou. Menés entre 1994 et 1999, pour certains approfondis courant 2011, ces entretiens, qu...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine