Livre du même auteur

L'arbre et le fruit

Tout a commencé par un courrier envoyé par le peintre au poète à l’époque des cartes de vœux. Un arbre dessiné au fusain, cette branche calcinée, a été glissé dans une enveloppe, sans mots.

D’abord, on se confronte à l’énigme de ce titre à l’allure symétrique et ordonnée. On s’interroge : le mot répété est-il le même ? Le second serait-il un adjectif ? Un nom propre ? La reprise de ce mot est-elle signe d’une multiplication : Juste un arbre Juste un arbre Juste… visant à la création d’un bosquet, ou même d’un bois, dont chaque arbre, sans nom d’espèce, serait pris dans son individualité ?


Celui qui apparaît sur la couverture paraît bien fragile. Jean-Gilles Badaire l’a dressé vaillant, autant que défaillant : branches nues que des flocons noirs (ou des feuilles envo...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine