Sur le même sujet

A lire aussi

L'Apparence d'une fille

Mise en scène à la fois d'une histoire d'amour étrange et d'une réflexion sur le désir et la langue, le roman d'Eric Marty élève le trouble au rang d'une esthétique.
Eric Marty
La Fille
(Seuil)

« On appelle Claudie la fille. On l’appelle ainsi dès ce moment-là. Depuis toujours ? Peut-être pas. Mais, étrangement, à peine ai-je découvert son visage, à la seconde où je le vois assis, tout seul, sur un petit rebord de pierre, je sais qu’on l’appelle la fille. Le nom flotte sans doute dans l’air depuis longtemps mais je n’ai pas encore mis quelqu’un dessus. Il rôde autour de moi comme un papillon qu’on entrevoit sans le percevoir alors qu’il se déplace pourtant dans le champ physique de notre regard. Ainsi sont les mots de la langue. / La Fille. Je sais tout de suite que c’...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi