Sur le même sujet

L’apocalypse selon M. Parano

Article publié dans le n°1201 (01 oct. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Alors que le capitalisme fournit chaque jour de nouveaux arguments économiques, moraux et écologiques à ses détracteurs, certains d’entre eux ont échafaudé, dès le XIXe siècle, une contestation du progrès, désormais nommé « croissance », tandis que d’autres, les survivalistes, ont mis en œuvre des dispositifs sophistiqués pour se défendre ou, plus précisément, pour survivre aux conséquences néfastes de ce moloch jamais assouvi. Mais la question se pose immédiatement : survivre à quoi ?
Bertrand Vidal
Survivalisme. Êtes-vous prêts pour la fin du monde ?
(Arkhê)

D’après les survivalistes, il s’agit de résister au Teotwaki (The End of the World as we Know It), apocalypse nouvelle version assise sur des risques innombrables que le cinéma a largement exploités, et avec talent : « Risques industriels (chimiques, agricoles, nucléaires), climatiques (inondations, températures extrêmes, tremblements de terre), humains (grève générale, guerre civile), sanitaires (défaut d’approvisionnement du système hospitalier ou pharmaceutique) et enfin les autres (rupture d’approvisionnement en eau o...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi