Livre du même auteur

L’Allemagne et ses juifs

 On a longtemps dit que l’histoire de l’Allemagne menait plus ou moins inéluctablement à la Shoah en oubliant que « le triomphe de Hitler fut plutôt l’effet de manœuvres en coulisses de politiciens et d’industriels conservateurs qui eurent raison des hésitations d’un Président sénile » comme l’écrit Amos Elon, donc que l’hitlérisme n’était pas obligatoirement gravé dans les « gènes » de l’Allemagne encore que son évolution l’y prédisposât en grande partie du fait de la Réforme luthérienne qui institue l’anti-judaïsme comme une dimension de base du protestantisme allemand (textes de 1543 et 1546) et interdit aux sujets la révolte contre l’autorité (1520).
Amos Elon
Requiem allemand

La voie était ainsi toute tracée, mais la divison de l’Empire (le Saint Empire romain germanique) qui englobait à peu près tous les territoires de langue allemande, à l’exception de la Suisse, rendait la situation très confuse. Persécutés et pourchassés dans telle principauté, admis contre rançon dans telle autre, mais toujours soumis où que ce soit à des réglementations arbitraires et discriminatoires, les juifs vivaient sans protection légale (vogelfrei). Ils ne bénéficiaient d’aucune législation commune et pouvaient être vendus comme du foin ou du bétail à Francfort au XV

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine