L'air de Paris rend doux

Article publié dans le n°1079 (01 mars 2013) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

À rebours d’une tradition historiographique devenue vulgate, Paris, avant la création de la Lieutenance générale de police (1667) et les réformes voulues par Colbert et Louis XIV, n’était pas la capitale du crime, siège de l’emblématique « cour des miracles ». Sans attendre le triomphe de la « société de cour », chère au sociologue Norbert Elias, la société urbaine a contribué tôt à l’avènement de mœurs plus policées.
Diane Roussel
Violences et passions dans le Paris de la Renaissance

L’ouvrage de Diane Roussel s’efforce de démontrer que la ville a été le creuset, le laboratoire de cette civilisation des mœurs qui a conduit à la transformation du visage de la criminalité et des formes de la violence, par le développement des formes d’autocontrôle, par la régulation des pulsions, par la reconnaissance de médiations nouvelles dans la gestion des tensions. Sa réflexion bénéficie d’abord des acquis de l’histoire de la justice, qui, au-delà de la sociologie criminelle, s’est de plus en plus intéressée aux rituels, aux acteurs et aux pratiques judiciaires, aux relations fai...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine