A lire aussi

« L’âge du troc et de la contrebande ». Entretien avec Christophe Manon

L’écrivain et poète Christophe Manon (qui n’aime guère les étiquettes) vient de faire paraître « Pâture de vent » aux éditions Verdier, qui fêtent leurs 40 ans d’existence. Il réinvente les formes de son écriture à chaque livre depuis « Ruminations » (Atelier de l’agneau, 2002). Il a accepté de répondre à nos questions sur la poésie et sur la situation économique des poètes et écrivains.

Isabelle Lévesque : Vous êtes écrivain et poète. Exercez-vous une autre activité ? Est-il possible de vivre de la poésie ? 


Christophe Manon : Il m’arrive bien sûr d’exercer d’autres activités. Toutefois, depuis quelques années, je tiens l’essentiel de mes revenus non pas de l’écriture proprement dite, mais de pratiques annexes telles que lectures publiques, rencontres, ateliers et interventions diverses que je combine avec des minima sociaux. On peut également bénéficier de bourses ou de résidenc...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine