A lire aussi

Livre du même auteur

L’affirmation des Gwich’in d’Alaska

Essai sidérant, à la frontière des études ethnographiques, de la chronique et du récit, Les Âmes sauvages de l’anthropologue Nastassja Martin nous plonge en pays Gwich’in, peuple d’Alaska des régions subarctiques en proie à une crise écologique, humaine, sans précédent. Rarement un livre aura creusé en nous des marques aussi profondes, un ébranlement d’abord imperceptible qui, de simples traces énigmatiques dans la neige, mène à une avalanche, nous contraignant à réévaluer notre mode d’être au monde.
Nastassja Martin
Les âmes sauvages

Dans ce magistral essai tiré de sa thèse de doctorat dirigée par Philippe Descola, l’auteure, spécialiste des populations arctiques, pose liminairement la question princeps de l’anthropologie : comment entrer en contact avec l’autre ? Comment se décentrer, faire bouger le socle de notre mode de penser, d’exister, afin d’écouter l’autre en son altérité sans importer nos schèmes idéels, nos représentations ? La beauté crépusculaire mais aussi solaire du livre vient d’une rencontre que Nastassja Martin place sous le signe du désespoir, d’une commune détresse, le désarroi de l’anthropologue ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi