A lire aussi

Kierkegaard et son Journal

Le Journal de Soeren Kierkegaard (1813-1855), à la différence de celui d’Amiel (1821-1881), pour rester dans le même siècle, n’est pas conçu comme une œuvre, mais comme le vivier d’une œuvre. Et il est davantage que cela. Il garde intacte, si l’on peut dire, l’entretenant comme un feu sacré, la blessure de la rupture que, sans raison apparente, Kierkegaard a délibérément provoquée avec sa fiancée, Régine Olsen (1822-1904). Peu de pages parlent directement de cette relation et de son mystère (la rupture intervient le 11 octobre 1841), mais tout s’y rapporte, comme les heures nocturnes des contradictions humaines glissent dans l’aube d’un jour inconnu.
Soeren Kierkegaard
Journaux et Cahiers de notes. Vol II. Journaux EE.KK
(Fayard)

Le premier volume de cette co-édition a paru au printemps 2007, et, la suite se faisant attendre, on aurait pu craindre l’entreprise abandonnée. Elle est articulée sur la dernière édition danoise des œuvres complètes de Kierkegaard dont le tome 1 est sorti en 1997. Jacques Lafarge, dans une introduction au volume I de la présente édition française, donne de précieux renseignements sur l’état, le sort, les publications, à travers le temps, des papiers et manuscrits de Kierkegaard, notamment son Journal. Les journaux des deux volumes publiés aujourd’hui couvrent la période qui va ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine