Ker-Xavier Roussel, le nabi anarchiste

Nabi mais pas que, coloriste mais pas que : dans une rétrospective à Giverny, Ker-Xavier Roussel est présenté comme un artiste moins lisse et harmonieux qu’il n’y paraît.

« Ker-Xavier Roussel. Jardin privé, jardin rêvé »

Musée des impressionnismes

99, rue Claude-Monet 27620 Giverny

Du 27 juillet au 11 novembre 2019

 

Catalogue de l’exposition

Sous la dir. de Mathias Chivot

Gallimard, 2019, 168 p., 29 €

Dans la famille des nabis, qui est comme un club de prophètes, il y a les incontournables : Sérusier, Bernard, Denis. Il y a aussi des irréguliers, qui ont été compagnons de route, puis qui ont pris un autre chemin : Bonnard, Vuillard, Redon. Enfin, il y a les oubliés, les invisibles, qui pèsent dans l’histoire de l’art, mais très peu dans la mémoire collective. Avec Ranson et Ibels, Ker-Xavier Roussel (1867-1944) en est le prototype. À vrai dire, on est déjà embarrassé par son état civil. Certains imaginent un rude marin, un Breton bretonnant qui aurait pour prénom Ker et pour nom de fa...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi