Sur le même sujet

Katherine Mansfield et l’art de la nouvelle

Les éditions Rue Saint Ambroise ont fait paraître en octobre dernier un recueil des meilleures nouvelles de Katherine Mansfield. L’écrivain Bernardo Toro y a trouvé matière à une analyse très personnelle de l’art de la nouvelliste britannique (1888-1923).
Les meilleures nouvelles de Katherine Mansfield

Cortazar assurait qu’une bonne nouvelle est comme une sphère, une forme parfaite. La perfection de la sphère est une idée qui remonte aux Grecs, celle de la nouvelle, en revanche, a de quoi nous frapper. En quoi la sphère pourrait-elle être un modèle pour la nouvelle ? Il semblerait que le rapport au centre soit ici l’indice de perfection. De même que dans une sphère, tous les points de la surface se trouvent à égale distance du centre, les lignes de force qui traversent une nouvelle, suggère Cortazar, doivent se trouver à égale distance du cœur de la narration. En clair, une nouvelle do...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi