Jeux barbares

Article publié dans le n°1185 (16 déc. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Dans cette nouvelle, Zweig met en scène le thème des échecs : de l’antagonisme entre les deux joueurs (un ancien prisonnier des nazis face à un paysan issu d’un profond village d’Autriche) à l’idée de deux camps ennemis se faisant la guerre – les blancs contre les noirs –, l’auteur ruse avec toutes les symboliques de ce jeu impitoyable…
Stefan Zweig
Le Joueur d’échecs

Publiée de façon posthume en 1943, la célèbre nouvelle de l’écrivain autrichien Stefan Zweig est une illustration du raffinement de la barbarie nazie, doublée d’une œuvre de fiction enchâssée, savamment orchestrée, qui a valeur de témoignage historique. Spéculaire, ce drame à la fois psychologique et politique nous renvoie à une vision tragique de l’humanité, à nos propres totems et tabous.


Romain Rolland disait de Stefan Zweig qu’il est un « chasseur d’âmes ». Zweig est en effet un maître de l’essai psychologique. La finesse du trait doit beaucoup à Freud, dont il fut u...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine