Sur le même sujet

Livre du même auteur

Jean Sénac et les « cendres exaltées » de la poésie

Né en Algérie de père inconnu, homosexuel tragiquement assassiné en 1973 dans la cave où, pauvre et devenu suspect aux autorités révolutionnaires, il s’était réfugié à Alger, Jean Sénac a laissé une œuvre poétique d’une intensité vibrante. Hantée par la mort, celle-ci célèbre la beauté d’un monde traversé par la violence de l’histoire. Les éditions Actes Sud viennent de la rééditer dans un magnifique et fort volume, où s’entend une voix portée par un lyrisme déchiré.
Jean Sénac
Œuvres poétiques

Entré en poésie sous le parrainage d’Albert Camus et de René Char, Jean Sénac, homme de passion et d’engagement, très généreux avec les autres écrivains algériens qu’il aidait de son soutien, avait accueilli avec enthousiasme le mouvement de libération de l’Algérie, avant de prendre ses distances avec un pouvoir dont il voyait et dénonçait les injustices. En 1960, il pouvait s’exclamer : « Ô Peuple ! / Révolution / Je chante l’homme arraché à nos flaques, / La superbe santé, / Le soleil vu de face. » Les poèmes écrits au début des années 1970 laissent à l’inverse s’épancher une in...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi