Sur le même sujet

« Je suis avant tout un écrivain ». Entretien avec Salim Bachi

Dans son roman « Dieu, Allah, moi et les autres », Salim Bachi nous raconte son enfance algérienne. Il se souvient de sa famille, des épreuves initiatiques, de l’école, de la place de la violence et de la religion dans son éducation. L’enfant a trouvé un autre monde dans la littérature et en France, où il a perdu sa langue maternelle, l’arabe. Avec ce récit d’un garçon courageux qui considère la vie comme un passage et qui s’interroge sur la place de Dieu, l’auteur nous donne une interprétation sincère et personnelle des œuvres classiques de la littérature.
Salim Bachi
Dieu, Allah, moi et les autres

Velimir Mladenović : Vous vivez-vous comme un écrivain français, ou algérien et francophone ?


Salim Bachi : Comme un écrivain dont la quête personnelle est avant tout littéraire et humaine. Je me méfie beaucoup des assignations à résidence identitaires, en général. Je suis Salim Bachi et j’écris des livres.


VM : Dieu, Allah, moi et les autres contient de nombreuses références à la littérature européenne qui a marqué votre enfan...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi