Instruments de propagande

Parmi les hiérarchies difficilement évitables figure celle des orchestres, où le Philharmonique de Berlin, qui passa jadis des mains de Furtwängler à celles de Karajan, se situe au sommet. Dans ce livre (1), Misha Aster, s’appuyant sur de nombreux documents et archives, examine les relations entre l’Orchestre philharmonique de Berlin (OPB) et l’État national-socialiste, autrement appelé le IIIe Reich (1933-1945).
Misha Aster
Sous la baguette du Reich. Le philharmonique de Berlin et le national-socialisme

Le Philharmonique de Berlin eut le statut d’une coopérative privée avant d’être placé (en 1934) sous le contrôle direct du ministère de l’Instruction populaire et de la Propagande, ministère confié à Goebbels et chargé de répandre l’idéologie nazie par sa mainmise sur la presse, l’édition, le cinéma et la radio. En même temps que le livre de Misha Aster a paru en poche un recueil d’articles de Joseph Roth écrits dans les années trente (2), où l’auteur, parlant de cette institution, dit que « le IIIe Reich est le premier État à s’être muni d’un ministère de la Propagan...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine