A lire aussi

Impression(s), soleil levant

De la Méditerranée au miroir d’eau, Ange Leccia et Jean-Philippe Toussaint ont bien des territoires en partage, et leur coopération au Madd-Bordeaux reflète la convergence de leurs regards, dans le flux et le reflux de leurs images entremêlées.

Leurs parcours et leurs travaux s’entrecroisent, suivant le fil de leur amitié et des complicités artistiques qui la confortent. Jadis, le cinéaste a filmé l’écrivain lisant des extraits de Noces et de L’Été d’Albert Camus ; aujourd’hui, dans le cadre de l’exposition « Jean-Philippe Toussaint décoratif », il devient lui-même lecteur des images de son ami, qu’il intègre à de nouvelles compositions, véritables réécritures filmiques. 


Tout comme Chen Tong, Ange Leccia s’est glissé dans un récit toussaintien, en l’occurrence un texte d’Autoportrait (à l’étrange...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine