Sur le même sujet

A lire aussi

Implacable

Un roman impressionnant, qui ordonne un basculement dans une œuvre qui prend sa mesure, et nous rappelle ce que peut de grand la littérature.
Christine Angot
Une semaine de vacances

Vacances de la Toussaint, début novembre, l’année de la mort de Franco, en Isère. C’est le matin, dans une salle de bains, dans une maison de location, avec un jardin traversé d’une corde à linge sur laquelle un vêtement orange est suspendu, une décoration simple, rudimentaire. Un roman de Gilbert Cesbron traîne, entamé, un exemplaire du Monde abandonné négligemment. Là, un homme, mûr, de taille moyenne, « un mètre soixante-dix-sept, soixante-dix-huit », aux lèvres fines « qui ressemblent à celles de l’acteur Jean-Louis Trintignant » et une ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi